Flux RSS

Le jour où Tokyo a failli mourir

Fukushima, mars 2011. Le premier ministre insite, s’agace et demande encore à joindre personnelement le directeur de TEPCO, vite. Pas de réponse, aucune information récente sur l’évolution de la catastrophe. En urgence, il décide de réunir son cabinet, il vérouille lui-même les portes à clef de la salle de réunion. Le ton est grave, il évoque la situation hors de contrôle qui peut dégénérer très vite, une possible succession d’explosions, des réacteurs qui lacherait les uns après les autres.

Il se lève, s’approche de la grande fenêtre vitrée, il regarde la rue, il continue de parler le regard plongé dans cette foule qui circule. Le mot est laché  » évacuation ». Il se retourne, il éponge la sueur de son front, un silence glacial fige les regards. Il faut se préparer, vite, un éxode inédit dans l’histoire de l’humanité. Il dit ne pas savoir si c’est possible. Il fait une pause et replonge le regard dans la rue. « Ensuite il faudra oublier Tokyo », autour de la table les respirations s’interrompent, les mouvements se figent.

Son portable sonne, le nom du directeur de TEPCO s’affiche sur son écran, il répond et s’assoit lentement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :