Flux RSS

Blanc

Je reçois la nouvelle comme une giffle. Ce matin j’ai pensé à eux. Les deux alpinistes sont morts dans la montagne. Ecrire sur la disparition, écrire sur la montagne. Les mots ne viennent pas, ils hésitent, résistent. Je pense aussi au dérisoire des mots, après ça.

Ma feuille est blanche, mais ce blanc replonge mes pensées dans la neige, le froid, dans ce brouillard blanc qui rend aveugle. J’écoute le silence, je cherche les secrets de la montagne. Puis, j’abandonne ces mots, je retrouve le blanc, comme une absence. Je pense à eux et à ceux qui les aiment.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :