Flux RSS

Georges

Ce matin, j’entends sa voix, cordes pincées, des R bien roulés , un sens de la formule qui fait mouche. Un sourire malicieux , une moustache grisonnante et grands yeux ronds qui accompagne un laché de mots : formidable.

Il y a trente ans, par un soir d’octobre, à cheval sur le toits, Brassens est parti dans un ciel d’orage. Georges nous parle encore, parle nous encore de la pluie et non pas du beau temps. La camarde a bien du finir par lui pardonner d’avoir semé des fleurs dans les trous de son nez.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :