Flux RSS

Le sang du tyran

Ne pas voir ca, il a fallu éloigner les jeunes enfants de la photo : violence extrême. Un homme : un corps dénudé, mutilé, décharné, ensanglanté, sauvagerie féroce. L’arrestation de Kadhafi a lieu dans le chaos. La foule hurle, le peuple ne sait pas retenir le trop de souffrance, le trop de haine.

Je me souviens de la pendaison sommaire de Sadam Hussein. La violence d’une guerre change les hommes, dangeureusement. Trop de morts, trop de sang, trop de larmes, trop de peur font perdre la présence à la vie. Le tyran est montré : pantin désarticulé, ensanglanté. Le langage de la vengeance aveugle a parlé comme une évidence, dent pour dent.

Publicités

Une réponse "

  1. Oui, « trop de morts, trop de sang, trop de larmes, trop de peur font perdre la présence à la vie ». On ne va pas regretter Kadhafi, mais on peut s’émouvoir de ce que, systématiquement, le sang se lave dans le sang. Et se demander comment il se fait que l’exemple de Gandhi soit resté unique. En tout cas merci Michel de nous rappeler que le décès d’un tyran peut ne pas être qu’un moment d’allégresse. On ne vaincra pas la mort par la mort.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :