Flux RSS

La justice des pauvres

Paris, août 2005 , Boulevard Auriol, un immeuble insalubre. Un enfant raconte : les flammes, la fumée, les cris. Bilan effroyable : quatorze enfants meurent dans le feu . Hier, Paris, le palais de justice : pas la foule, juste quelques groupes qui se forment, les familles des victimes : toutes d’origine africaine.

Les regards sont fatigués par six années de nuit blanches, par l’amertume d’un premier procès avorté par manque de moyens. L’incendie est criminel, l’ incendiaire n’a jamais été retrouvé, procès baclé. L’avocat sait faire simple :  » Une affaire qui n’intéresse personne. »

Un homme entre dans la salle du tribunal, il a perdu sa femme et quatre enfants. Sa démarche est faussement tranquille, fébrile. Il ne sait pas s’il doit espérer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :