Flux RSS

Une ville, la nuit

Une ville, la nuit, Tripoli. La nuit dernière, c’est fait. Les rebelles sont entrés dans la ville. J’observe les sourires de Tripoli au petit matin, parfois un peu crispés, des sourires qui masquent encore la peur, la peur des tirs de snipers.

On attend l’information qui confirmera que Kadhafi a été pris,  pas encore, il faut attendre. Je vois des visages à Tripoli qui  n’en peuvent plus d’avoir trop attendu et qui se lâchent, réjouissance  fragile , la liberté est-elle si simple ?

Je regarde des images d’archives de Kadhafi : un visage sans âge, sourire effrayant , la peur :  insupportable. Puis je vois les mêmes scènes qui se reproduisent face aux tyrans qui tombent, on brise les portraits, on fait disparaitre très vite toutes les traces d’un dictateur comme pour anticiper et accélérer l’oubli, comme pour prendre une revanche sur le temps.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :