Flux RSS

Le visage d’Hervé

Hervé Ghesquière : je regarde sa photo, une photo très récente, il a maigri depuis sa libération, il est à peine reconnaissable, je suis obligé de chercher pour retrouver son visage connu de tous. Je me souviens de son arrivée à Villacoublay, il parlait beaucoup. Encore, il donne une interview, je lis entre les lignes une fragilité, masquée par une assurance trompeuse. Je lis et je comprends une inépuisable nécessité de raconter encore, la détention, le quotidien, les geoliers.

Il dit avoir passé des jours à penser à la vraie vie pour ne pas crever. Je croise encore son regard, noir. A cet instant, je comprends que cet homme là n’est pas sorti de l’effroi, pas encore. Sans doute doit-il se rappeler avoir voyagé tout près de la frontière entre la vie et la mort.

Publicités

Une réponse "

  1. oui moi aussi j’ai vu sa photo et lu l’article de Libération du 28/07. cette photo ne lui ressemble pas : visage grave et amaigri, regard sombre et sérieux, lui qui est d’habitude si enthousiaste et heureux de vivre (dans ses reportages videos)
    il est certain que le retour à la vie civile en france après 547 jrs de détention chez Talibans ne doit pas être du tout évident à gérer…
    vous remarquerez que son collègue Stéphane n’est plus apparu dans les médias après le 30/06. (par discrétion mais surtout pour se reposer et se refaire une santé )

    mais Hervé c’est UNE FORCE QUI VA, c’est un combatif, un rebelle, le « Chti à l’esprit libre » n’a pas fini de nous étonner…

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :