Flux RSS

Seuls, face au monde

La rumeur gronde, un homme est assis, le regard bas, gris. On le regarde, il le sait. Des photos d’avant circulent, on le voit officiel, en couleur, souriant, confiant. On se surprend à imaginer qu’il s’agit d’une doublure.

Et puis il y a la distance,  l’océan immense qui nous sépare de ce monde, océan d’incertitudes, de doutes et de peurs. Serions-nous tous un peu dans ce tribunal new-yorkais ? Coupables ? Innocents ? On voudrait ne rien voir et pourtant on regarde le visage d’un homme ; on voudrait se détacher et ne plus y penser, mais ca revient, l’affaire, les suites de l’affaires et les conséquences de l’affaire nous poursuivent et tournent en boucle.  

Et soudain, on nous demande de tourner un peu le regard vers l’autre, une femme que l’on ne connait pas. On croit entendre des mots étouffés  «  la menteuse ». Et puis on fait l’effort de penser à l’impensable, à la souffrance d’une femme, à ses cris, à sa honte, à ses larmes et à sa solitude, aussi.

Là-bas, une femme et un homme sont seuls au monde, quelque chose a eu lieu, il faudra bien savoir, plus tard.

Sous le soleil, Paris fait semblant de rien, on voudrait faire taire les commentaires, laisser le fil des événements futurs se dérouler en silence, mais les railleries de comptoir se mélangent aux odeurs de friture. La province de France voudrait bien se croire aussi loin de Paris que de New-York et cette pluie qui ne vient pas.

Publicités

"

  1. EGUIREUN Marie

    Merci pour ce moment de lecture….. voire même de littérature, qui nous permet de voir l’actualité autrement.
    Cela change de nos médias habituels.

    L’exercice n’était pas facile au vu des faits…….c’est bien vu !

    Continue de nous parler de l’actualité de cette façon, ça fait du bien.

    Réponse
  2. J’aime bien le style imagé de ce billet. Les railleries de comptoirs sont parfois aussi nauséabondes qu’une (mauvaise) friture, c’est bien vu!

    Réponse
  3. Dominique RUL

    L’actualité transcendée par la poésie, c’est nouveau pour moi … et j’aime vraiment.

    Ton style est déjà reconnaissable, et les mots semblent couler tout seuls, qui nous font connaître tes sentiments.

    Te lire est un vrai plaisir !

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :